Jean-Philippe Charbonnier
"
L'exotisme est à un demi ticket de métro de chez moi"





Jean-Philippe Charbonnier (1921-2004) a été élevé dans un milieu artistique - son père est peintre, sa mère écrivain. Il découvre la photographie en 1939, dans le studio de Sam Lévin, célèbre portraitiste de cinéma. Après un passage dans les laboratoires de Blanc et Demilly, photographes réputés à Lyon, puis au journal Libération comme metteur en page, il rejoint à temps plein l'équipe du magazine Réalités, en janvier 1950. Reporter pendant plus de vingt ans pour ce mensuel, qui a marqué le reportage photographique, Jean-Philippe Charbonnier parcourt le monde, l'Afrique et l'Asie surtout. Sans oublier la France, que cet intercesseur privilégié fait découvrir à travers des reportages sans concessions, à la fois pris sur le vif et construits. Jean-Philippe Charbonnier quitte Réalités en juillet 1974 au moment où le monde s'uniformise - il dit alors que les touristes forcent le folklore et que les magazines fleurent le dépliant touristique.
Convaincu, comme il l'écrit, que l'exotisme portait un costume en Tergal gris et logeait à un demi ticket de métro de chez lui, Jean-Philippe Charbonnier a commencé à photographier, en 1975, dans un rayon d'un kilomètre, son environnement le plus proche. Soit le quatrième arrondissement de Paris. C'est ce long reportage que nous exposons au palais Rihour. Les gestes quotidiens des habitants du quartier deviennent sa nouvelle destination. Il dira à propos de ces images : " J'ai photographié toutes ces personnes, pas toujours sans cruauté, certes, mais avec un intérêt passionné, avec une tendresse lucide, puisque étant un des leurs, et vivant leur vie, mais à ma façon. A part les déserts que je regretterai toujours, la seule chose qui m'intéresse encore dans les pays dits exotiques ou en voie de développement, c'est tout ce dont le touriste et ses brochures n'ont cure, c'est tout ce où je suis, à l'égal de l'autochtone, une personne urbaine, contemporaine, pas une visite guidée, c'est à dire une vraie personne, ce qui n'intéresse que moi. C'est exactement ce que j'ai fait, ici, pendant ces trois dernières années, dans ma ville natale, longtemps négligée, qui est, elle aussi, terriblement exotique mais dure pour ceux qui ne peuvent que la visiter et dont elle ne vaut pas davantage, Paris, dont la Grande Mosquée presque désaffectée mais habitée quand même de mystères délicieux s'appelle Notre-Dame. "


A.M.


Exposition du 25 mai au 25 juin "L'exotisme est à un demi ticket de métro de chez moi"
au Palais Rihour - Place Rihour - Lille

Ouvert le lundi de 9h30 à 12h et de 14h à 18h.Du mardi au samedi de 9h30 à 18h.
Le dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Tél. 03 20 54 78 75

Retour


 

Officiel des Transphotographiques 2005


 

 
(C) 2001. Transphoto. Design & software TRANSPHOTO.net. All rights reserved.