Manuel Litran
"
La Zone rouge, 50 ans après la bataille de Verdun"





Manuel Litran étudie la peinture à l'école des Beaux-Arts en Algérie, où il est né, et s'initie à la photographie avec son père. En 1952, il s'installe à Paris. Il entre d'abord au laboratoire de Paris Match avant d'être embauché comme reporter dans cet hebdomadaire, en 1954. Il quitte cet hebdomadaire quatre ans plus tard pour Jour de France. Il revient à Paris Match, en 1960 et y reste jusqu'en 2000. Durant ses quarante années de prises de vues, Manuel Litran a imposé l'usage de la chambre grand format pour photographier des personnalités du monde du spectacle et de l'actualité dans leur environnement familier. Il compte également de très nombreux reportages commandés par l'hebdomadaire. Au sein de cette production, un reportage dénote, qui invite au recueillement.
En 1966, soit cinquante ans après la bataille de Verdun, qui, avec ses milliers de morts, reste un des désastres de la Grande Guerre, Manuel Litran part en arpenter ses " champs d'honneur " pour le compte de Paris Match en compagnie de François Luizet. Des fils de fer barbelés délimitent une zone interdite pour cause de danger de mort. Bravant l'interdiction, le tandem s'aventure sur des terres abandonnées, où la végétation peine à repousser. La guerre est partout présente : trous d'obus, tranchées remplies d'eau de pluie, bidons, fusils, casques allemands et français, autant de débris oubliés, et que la terre n'a pas engloutis. Manuel Litran photographie en couleur ces traces, sans chercher à identifier précisément des lieux, qui offrent le même sentiment de désolation et de mort. De cet itinéraire, le photographe n'a conservé qu'une ligne tracée sur une carte d'état major au 1/25 000e. Le trajet, qui suit différents chemins autour du fort de Douaumont, passe par des villages détruits en 1916 et jamais reconstruits : Louvement-Côte-du-Poivre, Beaumont-en-Verdunois, Ornes, Bezonveaux. Les arbres plantés à la fin des années 1920 ont aujourd'hui fini par pousser dans cette Zone rouge, autour de vastes clairières, où les jeux, les pique-niques, la musique restent interdits et où des panneaux signalent l'emplacement de chacun des neufs villages " morts pour la France ".
Ce reportage n'a jamais été publié. Les photographies sont pour la première fois dévoilées au public dans la nef de l'église Saint-Maurice de Lille.


A.M.



Exposition du 25 mai au 25 juin "La Zone rouge, 50 ans après la bataille de Verdun"
à l'Eglise Saint-Maurice - 19 bis Parvis Saint-Maurice - Lille

Ouvert le lundi de 13h à 18h, du mardi au samedi 10h-12h et 13h-18h, le dimanche de 15h à 18h30

Retour


 

Officiel des Transphotographiques 2005


 

 
(C) 2001. Transphoto. Design & software TRANSPHOTO.net. All rights reserved.