Sophie Ristelhueber
Géographiques





Sophie Ristelhueber poursuit, depuis son travail sur la ville de Beyrouth détruite par la guerre, en 1982, son exploration du monde, sa réflexion sur le territoire et son histoire. A la façon d'une archéologue, elle interroge les traces laissées par l'homme en surface. Cette obsession des marques, l'a souvent conduite sur des lieux à la culture millénaire mais aussi synonymes de guerre, des lieux marqués par une activité incessante de construction et de destruction. Les vues aériennes ou au raz du sol, qu'elle a réalisées des champs de bataille après la première guerre du Golfe, ont été réunies dans un petit livre, Fait (1992).
Les photographies exposées dans l'Aquarium de Valenciennes, des paysages vides, gagnés par une atmosphère de désolation, ouvrent une autre question : celle de la représentation d'un lieu mythique, présent dans la mémoire collective, confronté à la banalité de son état actuel. La question est posée par la présence même d'une inscription manuscrite sur la photographie désignant le lieu et la date de prise de vue. Les cinq œuvres présentées ont déjà été rassemblées dans une exposition collective, en 1997, qui s'intitulait : " Géographiques : territoires vécus, territoires voulus, territoires figurés ". Sophie Ristelhueber propose effectivement, à travers cette série libre, un dialogue entre le vécu et le figuré. Elle explique : " La ligne de l'équateur : pour moi, c'est un globe terrestre dans une salle de classe, coupé en son milieu par le parallèle 0°. Comment photographier quelque chose d'aussi abstrait ? " Elle a choisi la terrasse d'un café abandonné sur l'île de São Tomé, dans le golfe de Guinée, un des sites que traversent ces 40 000 kilomètres d'abstraction. La vue aérienne de Chatt al-'Arab, montre ce delta situé en Irak, formé par la confluence du Tigre et de l'Euphrate et, qui termine la Mésopotamie : " Là où se sont développées les premières civilisations urbaines, rien à voir avec ces marais de l'Irak asséchés et troués par les bombes ". Elle poursuit : " Sodome. Cette usine d'extraction de sel, au sud de la mer Morte, peut-elle être considérée comme un vestige du châtiment qui a frappé la cité biblique ? Sabra et Chatila. En quoi ces deux enfants, le cheval et la bicyclette évoquent-ils le massacre commis en ces lieux quelques mois plus tôt ? Waterloo. No comment ! "

A.M.


Exposition du 26 mai au 25 juin Géographiques
à l'Aquarium - 8, rue Ferrand - Valenciennes

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Retour


 

Officiel des Transphotographiques 2005


 

 
(C) 2001. Transphoto. Design & software TRANSPHOTO.net. All rights reserved.