EDITOS



Ville de Lille

Explorer la création photographique, transmettre le goût de l’image, questionner les représentations de notre monde… c’est ce à quoi nous invitent les Transphotographiques.
Au cœur de la dynamique de lille3000, les Transphotographiques 2009 nous entraînent à travers l’Europe centrale et orientale, territoire que le festival affectionne et connaît bien. Cette édition aborde de façon plus spécifique la notion de frontière, qu’elle soit physique, psychologique, philosophique ou culturelle.
Je veux saluer cette nouvelle édition fidèle aux valeurs du festival : l’exigence artistique et l’ouverture à l’autre.
Elle nous propose un itinéraire (trans)photographique riche en découvertes esthétiques et en enseignements sur nous-mêmes.
Car les Trans n’aiment pas tant montrer, elles veulent aussi confronter les points de vues, multiplier les regards pour mieux interroger notre propre conception du monde et de l’Europe.
C’est bien là le rôle de l’art et la culture : susciter l’émotion tout faisant appel à la réflexion.
Parce que le langage de l’image est celui de notre monde contemporain, les Transphotographiques captivent un public nombreux. Parce que le festival cultive les moments de dialogue et de rencontres, il ravit les amateurs de photographie et sait séduire les néophytes. 
Je vous invite à profiter pleinement des Transphotographiques 2009.

Martine Aubry
Maire de Lille
Présidente de Lille Métropole Communauté Urbaine




Ville de Lambersart

Nous sommes particulièrement heureux de saluer la quatrième édition des Transphotographiques, à la maison folie Le Colysée de Lambersart, auxquelles nous souhaitons un total succès.Comme chaque année, les Transphotographiques 2009 proposent une programmation riche, diversifiée qui une fois de plus, donnera le plaisir de la découverte à tous les visiteurs. De la mi-mai à début juillet, les Transphotographiques sont l'occasion d'échanges et de rencontres. La thématique retenue cette année: « Frontière et Passage », permettra les regards croisés de photographes européens qui confrontent leurs visions de la frontière sociale, culturelle ou territoriale.
Le Colysée vous invite ainsi à apprécier le travail de deux photographes: Jean-Marc Caracci expose son projet « Homo Urbanus Europeanus » composé de personnages solitaires, d'êtres humains surpris en milieu urbain. Les images du jeune photographe se caractérisent par leur « européanité » dans lesquelles nul ne doit pouvoir reconnaître un pays ou une ville, mais chacun peut retrouver la culture européenne.
Oiko Petersen, polonais, propose quant à lui son projet « Downtown Collection » qui invite le visiteur à confronter ses préjugés face à des photographies représentant des personnes intellectuellement ou physiquement invalides. En s'attachant à ce sujet, le photographe ne veut pas seulement engager un débat sur la beauté mais également attirer notre attention sur la faible intégration des personnes atteintes du syndrome de down, plus connu sous le nom de trisomie 21, dans notre société.Dans un Colysée où la Deûle est accrochée au paysage, nous vous invitons  à découvrir deux artistes de grand talent. Que vous soyez passionnés ou simples amateurs, nous vous souhaitons de profiter pleinement des expositions et animations proposées, qui comme l'année dernière sont bien sûr toutes gratuites.

Marc-Philippe DAUBRESSE - Député-Maire de Lambersart
Claude REYNAERT - Adjoint  à la Culture
     

Retour