Magazine PHOTO
Grand partenaire média du festival





 


Le programme des expositions qui composent cette édition des Transphotographiques est construit autour de différentes approches du thème de la nature et consacré pour une très large part à la création photographique contemporaine.

La nature, source de bonheur et de bienfaits, motif privilégié des artistes

Sujet d’actualité, au centre des réflexions sur le destin de la planète, la nature n’a cessé au fil du temps d’être domestiquée, si ce n’est maîtrisée par l’homme. Il en reconnaît les bienfaits, quand elle ne fut pas son unique ressource. Dans le domaine de l’art, la nature est aussi l’un des motifs favoris des peintres qui  en ont fréquemment célébré les beautés. Mais le progrès aidant, les transformations de la société, l’industrialisation et l’urbanisation intensive ont modifié peu à peu,  souvent à notre insu, la représentation idéale que nous pouvions avoir de notre environnement naturel. La nature humaine a pris le pas sur la nature en soi, pour aboutir parfois à des pertes irrémédiables. C’est ainsi qu’une seconde nature s’est peu à peu mise en place,  déjouant le mythe de la nature bienfaisante.

Une nature aménagée, défigurée, réinventée

Cette nouvelle nature fait l’objet de nombreux travaux photographiques qui sont autant de points de vue différents. Les uns, fidèles à la vision documentaire, rendent compte des transformations, inventorient ce qui résiste aux interventions humaines, enregistrent l’âme des paysages naturels. Les autres adoptent une attitude critique, dénonçant la pollution, la défiguration des sites naturels, les effets des changements climatiques. D’autres enfin s’attachent à la création d’univers imaginaires dans lesquels la fantaisie se mêle à l’utopie, tout en continuant de sublimer les aspects d’une nature que l’on aimerait immuable. C’est ainsi que d’images en images, de métamorphoses en métamorphoses, la nature nous apparaît  tour à tour aménagée, défigurée, mais aussi réinventée. Tout en restant fidèle à sa vocation première : représenter le réel, la photographie exerce  également sa liberté de contestation, de célébration, de défiance, elle maintient notre regard en éveil. Mais face à la richesse et à la diversité des images qui nous sont proposées, il est aussi  nécessaire de s’interroger sur les différents rôles que joue la photographie dans notre perception de ce que nous appelons la nature. Pascal nous avait averti il y a un peu plus de trois siècles :«  L’habitude est une seconde nature, à moins que la nature ne soit qu’une première habitude » .

Françoise Paviot et Gabriel Bauret, commissaires des expositions