Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Nord Éclair : Sarah Moon cherche l’âme des objets photographiés

Nord Éclair : Au Palais des Beaux-Arts Sarah Moon cherche l’âme des objets photographiés

D’abord cette femme est la séduction même. De petites  mèches folles sur la nuque, des lunettes d’intellectuelle anglaise, une élégance qui tranche dans le brouhaha futile des vernissages. C’est Sarah Moon. Une artiste pho­tographe qui doit son nom exotique à un père anglais. Un beau visage qui fut mannequin. Un goût pour la photogra­phie aiguisé dans le monde de la mode. C’est elle qui a photographié les collections de Cacharel. On lui don de nombreux livres de photo et aussi des films, dont un sur Henri Cartier Bresson. Le musée des Beaux Arts de Lille expose dans le cadre des Transphotographiques de grands formats de Sarah Moon. Des œuvres tirées de né­gatifs polaroid, ce qui leur donne un aspect imparfait, une coloration sombre, des nuances sépia.

« Le négatif a parfois des traces, je ne les enlève ras, cela a un rapport au temps qui passe, à la détérioration. J’aime que cela soit volatile ». On verra des clichés de sta­tues, de mannequins articulés, un dos de femme en robe de Christian Lacroix. Ce visage écaillé de parcelles de terre, est-ce la mort qui est passée ? Non, c’est le visage de pierre d’une femme sculptée. « Je me sens comme Gui­seppe, le père de Gepetto. Je fais vivre des choses inani­mées. Le vrai, le faux, l’illusion, tout se mélange ». Là, les majestueux paysages de montagnes chinoises sem­blent dés miniatures. Ici, dans « Un Noël au Portugal » la vague vient lécher et désagréger le bord de la photo comme le fait l’eau au bord du rivage. «Je ne pars de rien. J’invente une histoire, je ne raconte pas ». C’est dans ce monde là que l’on fait les plus beaux rêves.

Véronique Plane

Written by