Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Vaclav Stratil

Vaclav Stratil

 

Exposition réalisée avec le concours de la Galerie Nadine Gandy.

Je ne sais pas ce qui pousse Vàclav Stratil à se photographier ainsi, sous des attributs les plus divers, travesti, affublé de prothèses ou de difformités, un caravansérail de personnages étranges à lui tout seul. Est-ce avant tout la facilité (relative) et le faible coût du procédé, déjà utilisé par d’autres artistes, et avec lequel chacun d’entre nous a un jour était tenté de jouer ? Est-ce la quête d’une sorte de thérapie ou de délivrance au travers de nombreux travestissements, de personnalités fictives – manière peut-être de conjurer le sort d’une labilité fondamentale du moi ? Où est-ce le rêve de vies non vécues, d’identités désirées ou redoutées ?

La réponse, en elle-même importe peu. Ce que nous voyons, c’est avant tout l’œuvre réfléchie d’un artiste, qui a trouvé là un protocole efficace. La cabine du photomaton est la scène sur laquelle Stratil fait apparaître ses personnages, et ses photographies, après agrandissement, sont les traces de performances qui ont pour seul spectateur l’œil vitreux du dispositif – des documents d’un autre type que celui requis par l’administration.
« Energumène » signifiait autrefois « possédé par le démon ». Je ne sais quel démon possède Stratil, quels désirs et quelles souffrances se disent dans cette passion de l’autoportrait. La dureté des physionomies et identités entrevues n’est pas contredite par l’humour qui les traverse aussi, c’est au contraire la marque d’une expérience profonde de la vie, et aussi celle d’une maîtrise artistique très grande. Régulé par un dispositif très strict, les œuvres gardent une puissance d’affection peu commune, comme ci elles s’adressaient à nous par delà une invisible et terrible coupure.

Régis Durand

© Vàclav Stratil

Exposition du 15 mai au 15 juin 2003

 


Lieu : Galerie Nadine Gandy
Tournai – Belgique

Written by