Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Yazid Bekka : Tamrùt

Yazid Bekka : Tamrùt

 

Tamurt (le pays) est à la fois un reportage et un voyage. Composé d’une quarantaine de photographies en noir et blanc et couleur, Tamùrt se veut un dialogue visuel. Une exploration d’un lieu de mémoire. Une visite dédiés aux Anciens. A ceux qui ont marqué mon enfance. A ceux qui ont déjà rejoint el Djanet, le Paradis, leur dernière demeure. Et à cette nouvelle génération qui ne sait pas de quoi demain sera fait. A 400 kilomètres d’Alger, à 90 kilomètres de Béjaïa (Bougie), au fin fond du Djebel, en petite Kabylie.
Dans la commune de Beni-Mohli et ailleurs. A travers près de quatorze ans d’images photographiques, l’auteur égrène souvenirs visuels et olfactifs. L’odeur de la terre, des oliviers et de l’huile d’olive (si chère), des figuiers et des figues de Barbarie aux épines vicieuses. de la galette (Ahroum ou el Kess’ra) cuite sur le Kanoun et des piments pillés à l’huile d’olive.

Pourquoi Tamùrt ? Parce que le mot en lui-même est un symbole. D’amour et de racines. Exode rural et civilisation moderne obligent, le paysage architectural, les gens de Tamùrt changent. Avant qu’ils ne disparaissent à jamais, ces quelques clichés ne sont qu’un hommage de gélatine, un devoir de mémoire. Slimane Azem, dans l’une de ses chansons, qui date par ailleurs, se languissait déjà et se demandait où est passé ce  » temps où nous chantions près des métiers à tisser, lors de la coupe de bois, ce temps des veillées poétiques [.] il ne nous reste aujourd’hui plus que le chant et la danse [.] Zek de Zek, Assey d’Assey (hier c’était hier, aujourd’hui, c’est aujourd’hui  » En clair, il nous faut vivre avec notre temps. Mais surtout ne rien oublier. Rien de ses racines.

© Yazid Bekka

Exposition du 15 mai au 15 juin 2003

 

 

 

 

Lieu : Chalets de plage
Digue Gaston Berthe – Calais

Written by