Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

L’Observateur du Valenciennois : Reichel ou l’éloge de la différence

L’Observateur du Valenciennois : Reichel ou l’éloge de la différence

Ouverture des Transphotographiques 2004

Pour les Transphotographiques, Jean-Noël Reichel présente son projet «Identités». Lumière sur un voyage en images.

Cette année encore, le fes­tival des Transphotogra­phiques s’arrête à Valenciennes. Pendant un mois, de célèbres photo­graphes viendront exposer leurs œuvres et vous faire dé­couvrir leur univers. Parmi ces artistes, Jean-Noël Reichel présentera son travail intitulé «Identités•, à travers lequel le photographe offre sa vision de l’Homme.

Né à Paris dans l’atelier de l’artiste, le projet «Identités-poursuit son voyage à Valen­ciennes à la rencontre des hommes et des femmes d’ici et d’ailleurs qui ont comme seul point commun de vivre dans le Valenciennois. « Je voulais effectuer un grand voyage pour faire découvrir les nomades du monde entier», explique le photographe. «Je n’ai pas pu partir alors j’ai travaillé de chez moi. Ce voyage du bout de la rue exprime la diversité de toutes les cultures.»

Comme d’autres villes en France, Valenciennes montre un visage multiculturel. Une centaine de portraits seront ainsi exposés entre le 1er et le 15 juin autour du musée des Beaux-Arts de Valenciennes (en extérieur) et à l’espace Pier Paolo Pasolini.

Une exposition noir et blanc forte en émotion avec un message essentiel, celui de comprendre, d’accepter et de respecter les différences natu­relles et culturelles. Qu’est-ce qui nous sépare des autres, de certains autres ? Une couleur de peau, une autre perception du monde et du Divin, mais au fond, au plus profond ? Pour ses photos, Jean-Noël Reichel a choisi des angles bien particuliers. Le profil, qui donne au sujet un côté mys­térieusement détendu, com­me s’il se trouvait en pleine méditation, symbole de confiance et d’intériorité. Le photographe a également dé­cidé d’immortaliser les mains de ses modèles car d’après lui, « C’est l’objet le plus proche de nous et que l’on peut regarder ». C’est aussi notre «carte routiè­re», nos empreintes permet­tant de savoir qui nous sommes et d’où nous venons. Un profil suggéré, la force d’une main ouverte s’offrant à la lumière, « Identités » est un projet de longue haleine, puis­sant et percutant, qui éclaire nos différences et révèle tou­te leur beauté.
«L’essentiel pour moi aujour­d’hui, avec ce travail d’écrivain en Images, c’est de vivre avec d’autres, les autres dans le plus petit instant de tous les jours, cet­te expérience qu’est l’éloge de la différence.», conclut Reichel. Un appel au respect et à la to­lérance…

Karine Scherhag

Written by