Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Jean-Michel Pancin : La nature dans la ville

Jean-Michel Pancin : La nature dans la ville

 

Si la nature existe bien à Lille, comme partout ailleurs, elle semble avoir quitté l’agora pour s’exprimer autrement, et l’urbain semble avoir totalement dompté l’élément naturel, jusqu’à l’exclure. Mes images mettent au jour ce vide, le manque chronique du végétal comme source de vie et de joie. La nature est ici tellement éloignée du cadre de vie qu’elle finit par hanter le quotidien. Dans ce désir ardent d’un ailleurs plus vert, les habitants se livrent à un curieux fétichisme. Tout ce qui peut représenter la nature s’exhibe. Elle est devenue un artefact. Dans la rue, sur le rebord des fenêtres, sur les murs en trompe-l’œil, dans les vitrines commerciales, comme un trésor perdu, on la chérit, on en vante les mérites, mais jamais on ne la voit réellement.  » Quelle pâle et insignifiante résistance que de peindre un pan de mur, ou de dessiner quelques fleurs sur une vitrine, pour qu’elle cesse de refléter la seule tristesse de la ville ! « , peut-on penser en regardant ces images… Mais c’est pourtant vrai, la nature, comme souvent on l’imagine, est bien absente, depuis longtemps, et c’est sous d’autres formes, dans l’intimité d’un foyer ou au détour d’une rue, que les Lillois ont jugé bon de l’évoquer. Dans la cité fonctionnelle, mécanique, productive, elle est souvent représentée d’après les clichés que l’on veut bien nous faire consommer, d’après de vagues souvenirs, comme ceux d’un parent depuis longtemps disparu. Pourtant, elle finit toujours tôt ou tard par reprendre ses droits.

 

Exposition du 15 mai au 15 juin 2004

 


© Jean-Michel Pancin

 

 


Lieu : Le Gymnase
Place Sébastopol – Lille

Written by