Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Boursiers Fondation Hachette : Les nouveaux européens de la communauté

Boursiers Fondation Hachette : Les nouveaux européens de la communauté

 

Les nouveaux européens de la communauté vus par les lauréats de la Bourse de la Fondation Hachette.

Lorsque Samuel Bollendorff arrive en Estonie, l’hiver est proche, le froid est déjà là, la neige est tombée à certains endroits, les journées sont courtes. Le photographe restitue ainsi l’atmosphère qui enveloppe la ville à la tombée de la nuit.

Sarah Caron, née à Aix-en-Provence en 1970, entreprend ses premiers reportage importants en 1996. Elle travaille notamment à Cuba sur différents thèmes : économie, politique, religion. Le magazine Géo publiera un de ses reportages sur Cuba en 2001.

-Le parti-pris qui consiste à utiliser verticalement le format panoramique est assez inhabituel. Pour Jean-François Castell, il s’agit d’une expérience inédite. Cette façon de regarder la ville (La Valette, Malte), de donner la sensation d’une architecture très élancée, correspond bien à la réalité d’une cité fortifiée qui s’est développé en hauteur, du fait qu’elle a été construite sur deux petites collines.

Yann Charbonnier découvre Prague en septembre 2003. A chacun de ses trois séjours, il ressent le même poids du passé, de l’histoire. Il essayera dans son travail de se détourner du caractère très photogénique de la ville; ce qui explique sans doute le choix des sujets assez inattendus qu’il va photographier.

Matias Costa, en quelques images campe un décor, celui des termes auxquels Budapest est si étroitement associée. Puis il nous entraine auprès de ses célèbres joueurs d’échecs, ou encore des habitués de l’endroit qui jouissent de cette atmosphère si particulière.

Tiane Doan na Champassak donne une vision de Bratislava qui s’inscrit en totale rupture avec les thèmes à dominante sociale que le photographe a l’habitude de traiter. Il a choisi d’aborder la ville à travers des éléments d’architecture plutôt insolites qui ponctuent le paysage urbain et s’élancent dans le ciel.

Rip Hopkins, ses photographies sur le cirque de Riga s’inscrivent dans la continuité du travail documentaire qu’il mène aujourd’hui, notamment en Asie Centrale. Il manifeste sa sensibilité à l’égard des couleurs, des matières et de tous les éléments qui composent un décor : celui dans lequel vivent et travaillent les gens auxquels il a choisi de s’intéresser.

Stéphane Lagoutte, les personnages qu’il photographie, qu’il croise leur regard ou non, ne changent en rien leur façon d’être, leur concentration ou leur air mélancolique..

Lucille Reyboz, en arrivant à Ljubjlana, manifeste très vite sa curiosité à l’égard d’une jeunesse qui évolue dans les milieux artistiques alternatifs, autour d’ateliers implantés au coeur de la capitale. Elle découvre une véritable ville dans la ville, une société qui s’est marginalisée, un comportement et une culture de toute évidence contestataires, relativement au reste de la population qui demeure très sage.

Frédéric Sautereau a choisi d’établir une rencontre visuelle entre les gens de Varsovie et leur environnement. Rencontre soulignée, systématisée par le dispositif du diptyque : portrait en situation d’un côté et paysage urbain de l’autre.

 

En savoir plus

 

Exposition du 15 mai au 15 juin 2004

 


© Rip Hopkins

 

 

 

Lieu : Hôtel de Ville
Place Augustin Laurent – Lille

Written by