Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Voix du Nord : Le corps, photos et métamorphoses

Voix du Nord : Le corps, photos et métamorphoses

À l’Hospice Comtesse à Lille

C’est une exposition cu­rieuse, séduisante, en tout cas particulière que les (déjà nombreux) fidèles des Transphotographiques ont pu découvrir, dès hier soir, à l’Hospice Comtesse à Lille. Non pas dévolue à un ou deux, mais à une tren­taine de photographes parmi lesquels de grands noms tels Richard Avedon, Nicholas Nixon ou Diana Mi­chener (présente au vernis­sage).

Sur un thème peut-être parmi les plus fréquentés par les photographes – le corps aujourd’hui -, Jean-Luc Monterosso, commis­saire-général du festival et directeur de la Maison euro­péenne de la photographie, a puisé dans ses très riches fonds (18 000 œuvres aujourd’hui). Le corps, « transparence » et « trans­formance » (salle des Mala­des), « transmutation » (salle Desmet). Parce qu’il faut arpenter cette exposi­tion comme un tout, peut-être, d’ailleurs en n’hésitant pas à faire des allers-re­tours.

Voici par exemple, ces vi­sages saisis dans la « trans­formance » de l’âge – les quatre sœurs saisies par Ni­cholas Nixon de 1975 à 2001 -, les autoportraits de Diana Michener – « telle­ment différents d’un jour à l’autre qu’ils finissent par poser la question de l’iden­tité, du qui suis-je pour être si changeant ? » Un peu plus loin, les « transforman­ces » du transformisme, du travestissement, chirurgical ou « bodybuildé », ou de l’âge et de la vieillesse. Ace moment, d’ailleurs, la mort n’est pas loin (voir les pho­tos de Duane Michals). Avec la salle consacrée à la « transmutation », c’est le corps qui transforme la photo affirme Jean-Luc Monterosso. Avec le numéri­que, le photographe peut in­venter (?) des corps qui n’existent pas, clonages cau­chemardesques, jeux des amorphismes sur les visa­ges, univers totalement fan­tasmés. A moins, chemine­ment inattendu mais telle­ment riche de promesses, qu’il puisse servir à remon­ter le temps : où le photo­graphe dessine les traits des modèles ayant pu poser devant le sculpteur il y a des siècles…

J.-M. D.

Written by