Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Voix du Nord : Photo numérique, Lille féerique

Voix du Nord : Photo numérique, Lille féerique

Exposition du photographe Philippe Alexandre à la galerie Vasse

L’artiste commente ce qui figure sur ses photo­graphies : « Ça existe mais ça n’existe pas ». Trois ans que Philippe Alexandre, 47 ans, prend des clichés de Lille avec un appareil numérique ; clichés qu’il manipule en­suite sur son ordinateur. « Le numérique est une fa­çon de retricoter la réa­lité ». Le résultat est visi­ble en ce moment à la ga­lerie Vasse. Une exposi­tion qui se déroule dans le cadre des Transphoto­graphiques.

Des monuments lillois anciens ou modernes sous un nouveau jour, re­travaillés, complètement méconnaissables. Phi­lippe Alexandre a d’ailleurs édité un livre où l’on retrouve la plupart de ces photos : Lille, guide pour se perdre. « C’est pas de la peinture, c’est pas de la photo » ana­lyse-t-il. Notre homme est architecte de formation. Ça se voit : il garde un goût pour les vieilles pier­res et jette un regard par­fois sévère sur l’architec­ture d’aujourd’hui : « Construire pour soi c’est pas intéressant sinon on fait des cimetières : cha­cun fait son petit châ­teau ! ». Non, vraiment son truc à lui c’est de conserver l’âme des lieux. Notre architecte a ainsi ré­nové plusieurs bâtiments en respectant leur mor­phologie : le lycée Baude­laire à Roubaix ou la fa­çade d’une maison place du Lyon-d’Or notamment. Les Transphotographi­ques lui semblent intéres­santes même s’il trouve que les clichés de ses col­lègues sont tristes et pes­simistes. Philippe Alexan­dre préfère ce qui est fes­tif, poétique et féerique.

S.R.

Written by