Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Nord Littoral : La poésie des chalets

Nord Littoral : La poésie des chalets

LES TRANSPHOTOGRAPHIQUES AVEC FRANÇOIS VAN HEEMS

La vie dans les chalets, un cliché de la vie locale vu par le photographe François Van Heems, c’est ce qui va s’exposer à la plage, à partir de dimanche.

Un bel effet… mer. que l’on n’es­père pas vraiment éphémère. A partir de demain, une exposition pas comme les aubes s’inaugure. Il s’agit du travail de François Van Heems. le photographe calaisien, sur la vie dans les Chalets à la plage. « C’est un travail que j’avais fait en 1001. explique-t-il. Je voulais montrer à ceux qui ne savent pas ce qu’est la vie dans ces chalets comme ce sont des endroits vivant à conserver, à préserver. »

A travers près d’une quarantaine de clichés, c’est un peu une fenêtre ouverte sur un coin de vie, un bout d’intimité sur ces ces résidents particu­liers. « Le chalet c’est un univers part, un endroit vraiment poétique. Même quand il y a du vent, les gens y viennent. Ce sont des endroits qui viennent du cœur ».

Ce qui fait aussi le charme de ces constructions, c’est la façon dont el­les se construisent, un peu de bric beaucoup de broc et une bonne dose d’ingéniosité a l’état pur. « Certains ont utilisé des morceaux de rail, abandonné le long des chemins fer, d’autres ont récupéré des rondins d’un bateau échoué… raconte François Van Heems. Ce sont des lieux attachants, les enfants y grandissent, les gens y vivent, ils y passent leur vacances depuis tou­jours. Ceux qui doivent les détruire, c’est un vrai déchirement. »

Les photos en noir et blanc ren­dent toute cette émotion, cette poésie du quotidien. Entre le photogra­phe et les propriétaires. c’est une jolie complicité, notamment avec l’associations des chalets de Calais. « lls sont tous invités au vernissage, ce soir. Je voudrais aussi les impliquer dans l’accrochage pour que les pho­tos durent le plus longtemps possible ».

L’an dernier, le même type d’exposition étonnante avait déja eu lieu. Cette fois, les photos sont bien plus grandes, puisqu’elles occupent un mètre sur 60 cm. Cela entre dans le cadre de Lille 2004 et des Transhotographiques  avec le soutien de la ville de Calais et l’assaiation des Chalets. « Mes photos appartiennent à tout le monde », souligne le photographe. Espérons surtout qu’un maximum de personnes puissent en profiter !

Florence PECRIAUX

Written by