Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Voix du Nord : Karine Delmas plonge dans l’intime

Voix du Nord : Karine Delmas plonge dans l’intime

Transphotographiques : exposition à la Galerie duFaubourg

Ils lavent leur linge sale devant l’objectif de la photo­graphe. Les modèles qui ont posé pour les photos d’Immersions, l’exposition de Karine Delmas, dans le cadre du festival Transpho­tographiques 2005, met en scène des hommes et des femmes qui dévoilent la vi­sion de leur intimité, « comme s’ils écrivaient eux-mêmes leur légende », souligne Karine Delmas. « En tant que photographe, je fais poser les gens, expli­que-t-elle. Je voulais réali­ser un travail avec des mo­dèles qui soient actifs ». Chacun dans sa baignoire s’entoure de ses souvenirs, de ses angoisses ou de ses bonheurs. « La baignoire est un lieu très symbolique lié à l’eau, à la naissance, à la purification… J’ai de­mandé aux modèles d’ima­giner ce qu’elle représente pour eux et ce qu’ils ont en­vie de raconter. » Chaque scène, élaborée par les mo­dèles et la photographe, re­trace une histoire, projette des fantasmes ou des peurs. Les uns se parent de baroque ou d’innocence d’autres des résonances de conflits plus ou moins pro­ches ou douloureux. Déroutantes de surréa­lisme – ce n’est pas pour rien que la photographe uti­lise un procédé où l’aléa­toire a sa place — ou fasci­nantes d’expressivité, les photos dégagent un fort pouvoir d’attraction. Elles parlent une langue de l’intimité, entre soi et vers les autres, qui se communique et ne peut laisser indiffé­rent.« Elles ont eu un grand impact sur les modèles. Ça les a libérés de certaines choses. Les gens qui voient ces images se réappro­prient la situation et se re­font l’histoire. Môme s’ils sont à côté de la plaque ».

Lauréate du concours Défi jeunes 2005, Karine Delmas a publié un catalogue où la plupart des photos sont commentées par les modèles. Une piste no, voile dans cette introspec­tion « d’art thérapeutique ».

Pierric Maelstaf

Written by