Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Yto Barrada : Le détroit

Yto Barrada : Le détroit

 

Yto Barrada est une jeune artiste franco-marocaine. Elle partage son temps entre Paris et Tanger, où elle s’occupe de la Cinémathèque, qu’elle a contribué à fonder et qui ouvrira ses portes en 2005 (www.cinemathequedetanger.com). Son travail photographique sur le détroit de Gibraltar, entrepris il y a plusieurs années, est né d’un constat : à Tanger, une grande partie de la population – notamment les plus jeunes – est hantée par l’obsession du départ et le désir d’Occident.
Le détroit, qu’elle qualifie de « goulet d’étranglement », est devenu la porte d’entrée vers l’Europe. C’est le point géographique où convergent le désir de fuir et l’ennui lié à l’interdiction du départ : « Ce territoire de l’entre-deux a l’étonnante particularité d’être marqué par la coïncidence entre un espace physique, un espace symbolique, un espace historique et, enfin, un espace intime. » Elle poursuit : « En arabe comme en français, détroit conjugue étroitesse (dayq) et détresse (mutadayeq) ».
En entreprenant un travail documentaire pour enregistrer cette situation politique et territoriale inédite, Yto Barrada cherche à répondre à la question : « Qu’est ce qu’un pays qui se vide ? »
L’artiste montre à quel point l’espace urbain, jusque dans ses détails, est marqué par ce désir de l’exil. Elle ne construit pas une série narrative mais associe des images aux couleurs froides qui échappent au pittoresque. Ces images ne rendent pas compte de tentatives de départ mais de tentations. Elle dit vouloir épuiser ce lieu, suivre les étapes de la transformation. De nouvelles images sont appelées à nourrir cette série faite de juxtapositions. Les gens photographiés sont le plus souvent présentés de dos. Ils sont en état d’absence. Effigies du départ ou de l’exil, ils ne sont pas acteurs de leur destin. Les vues de terrains vagues sont à l’image de Tanger : une ville pleine de trous.
Yto Barrada a commencé à présenter ses images du détroit dans l’exposition collective Des territoires organisée à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, à Paris, en 2001. L’ensemble que nous présentons au Tri postal à Lille a fait l’objet d’une exposition personnelle au Witte de With, à Rotterdam, en 2004. Elle vient de publier A Life full of Holes/ The Strait Project (Londres, Autograph Publishers, 2005), ouvrage bilingue français-anglais.
A.M.

Yto Barrada est représentée par la galerie Polaris.

 

En savoir plus

 

Exposition du 25 mai au 25 juin 2005

 


© Yto Barrada

 


© Yto Barrada

 


Yto Barrada © Benoît Peverelli, d.r.

 


Lieu : Le Tripostal
Avenue Willy Brandt – Lille

Written by