Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

La Tribune : Territoires photo

La Tribune : Territoires photo

La région Nord-Pas-de-Calais accueille la cinquième édition des Transphotographiques.
L’occasion de découvrir treize expositions passionnantes autour du thème du territoire.

La route des festivals photo impose désormais un détour et une escale par le nord de la France. Cette cin­quième et brillante édition des Trans­photographiques, concoctée par Anne de Mondenard, responsable du fonds de photographies de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine au ministère de la Culture, l’impose. On retrouve des grands noms de la photo comme Jean-Philippe Char­bonnier (1921-2004) ou Raymond Depardon, des confirmations – no­tamment Yto Barrada et Guillaume Herbaut -, et des découvertes avec le travail de Philippe Dapvril ou d’Oli­vier Mirguet. Sans oublier une flopée d’autres expositions monographiques dispersées dans les environs, de Lens (Thomas Mailaender) à Valenciennes (Sophie Riestelhueber) en passant par Courtrai, en Belgique (Hugues de Wurstemberger). Soit treize photo­graphes réunis autour des thèmes du paysage et du territoire. « La photo de territoire ne tient ni du reportage ni de la photo plasticienne, ex­plique Anne de Mondenard. « Elle creuse une voie entre les deux. On a notamment commencé à explo­rer cette voie-là en 1984, lorsque la Datai. [Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale) a mandaté des pho­tographes pour ar­chiver le paysage français. Vingt ans plus tard, cette ap­proche a pris une importance considé­rable. » Ainsi Depardon — qui avait participé à la mis­sion de la Datar – a repris aujourd’hui son bâton de pèle­rin pour dresser un nouvel état des lieux de la France. Une mission qui devrait s’achever en 2008.

Mais déjà, le photographe présente à Lille une sélection (non définitive) de ses photos du Nord-Pas-de-Calais. Et c’est passionnant. En mélangeant les formats, le noir et blanc et la cou­leur, Depardon dévoile ses interroga­tions et sa manière de travailler dans la recherche, du point de vue le plus per­tinent, de l’esthétique la plus adéquate pour raconter cette région, sans jamais tomber dans l’anecdote ou la descrip­tion flatteuse.

Un coloriste exceptionnel

A l’op­posé, Thibaut Cuisset refisse le docu­mentaire. Paysagiste et coloriste ex­ceptionnel, il s’en est allé à la recherche d’espaces vierges de toute interven­tion humaine, optant au final pour le désert de Namib (Namibie) à la cou­leur délavée par le soleil. Des images ici déployées face à celles du désert minéral d’Islande dont les teintes sem­blent avoir été métallisées par le froid : autant d’épures à couper le souffle, qui renvoient aux spectateurs l’émo­tion ressentie par le  photographe sur les lieux.

Loin de se contenter d’une description linéaire d’un territoire, les photographes ici présentés s’éloignent des sentiers battus pour embrasser le thème retenu. Yto Barrada, par exemple, s’est intéressée à ces Tangerois qui 1évent de traverser le détroit.
Aux photos d’embarcations de fortune voguant vers Gibraltar, clic préfère montrer un état d’esprit, distillé à coups de photos aux couleurs étouffées, figurant des hommes, des femmes et des enfants le regard rivé vers ailleurs …Vers d’autres territoires…

Yasmine Youssi

 

Written by