Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Sortir : Raymond Depardon à l’Hospice Comtesse

Sortir : Raymond Depardon à l’Hospice Comtesse

Raymond Depardon a photogra­phié pour la première fois le Nord. Il nous livre sur les cimaises de la salle des malades de l’Hospice Comtesse quelques-unes de ses trouvailles…

Regarder le Nord-Pas-de-Calais avec les yeux d’un grand photographe, c’est maintenant possible grâce à la commande passée à Raymond Depardon de la Région Nord-Pas-de-Calais qui s’inscrit dans le cadre plus large d’une commande publique d’un état des lieux photo­graphique de la France. Photographe, reporter, cinéaste … l’homme est multiple et attachant. Il parle simplement et avec humili­té de sa difficulté à photographier les gens dans un temps limité et de leur gentillesse. Il travaille le sujet, réfléchit et se dit qu’il va falloir revenir dans la région pour termi­ner le travail en quelque sorte, faire plus de portraits peut-être ou un film … Le Nord, ses paysages et surtout «les gens», comme il dit, ont séduit Raymond Depardon au-delà du professionnalisme. Il a trouvé la région très photogénique, bien en accord avec sa mélancolie et son goût du vide. « Je fais très vite mes photos, ce qui est impor­tant, c’est le premier regard. Mon propos n’est pas trop réfléchi ni esthétisant. Je veux que ça soit net et impeccable. Je fréquente beau­coup les cafés et j’ai trouvé ici une grande chaleur humaine. »
Il est parti seul dans son camping car en commençant par le bord de mer, disponible aux autres et sans autre but que d’aller à la découver­te de la région pendant une vingtai­ne de jours en se laissant sur­prendre. Dans la rue, la campagne ou le front de mer du côté de Berck ou de Calais, il a posé sa chambre à l’ancienne (au 15′ de seconde) et a regardé autour de lui. Très vite, lui qui utilise peu la couleur s’est dit que pour ici — est-ce le gris du ciel ? — la couleur s’imposait. Le Nord a des points communs avec le désert, la solitude … «Les deux choses les plus importantes pour moi, ce sont les déserts et les pay­sans.), Dans le Nord, Raymond Depardon était un homme heureux. Il y a découvert une région très diverse en pleine mutation, tiraillée entre son passé et aujourd’hui. « C’est une des régions les plus attachante et poétique du territoire français, un endroit de fête. »

Si Raymond Depardon a choisi de nous montrer notre territoire à tra­vers un unique grand format (20×25), c’est qu’il a l’avantage de tout placer sur un champ unique, d’égaliser les lumières, les ciels comme les ombres, les trottoirs, les toits, les champs, les maisons, les inscriptions, les détails que nous ne voyons plus. Depardon rafraîchit à la fois notre regard et notre mémoire. Son accrochage mi-noir et blanc mi-couleur nous offre des cafés, tous pris sous le même angle (frontal) avec des couleurs vives tranchants sur l’atmosphère générale un peu grise … Ils ont pour nom Le Persan, Le Cluny, le Gypsy … et nous rappellent notre quotidien qu’on ne voit plus à force de bana­lité. Le bar-brasserie de Stella Plage, une petite maison à Verquin, la quincaillerie de Montreuil-sur­mer ou la plage de Berck et ses cerfs-volants sont là aussi avec le parking du Gémo de St Ormer et son christ en croix, car Depardon se pose la question du pittoresque tout en revendiquant l’héritage de Walker Evans. Ses images au dia­logue, au partage de ce qui fait notre territoire, fil rouge de cette 5`‘ édition des Transphotographiques.

Françoise Objois

Jusqu’au 25 juin, Les Transphotographiques, Hospice Comtesse, 32, rue de la Monnaie, le lundi de 14h à 18h et du mercredi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. www.transphotographiques.com

À voir aussi, Jean-Philippe Charbonnier (Palais Rihour), Sophie Ristelhueber (Valen­ciennes), Thibaut Cuisset et Paolo Roversi (Palais des Beaux-Arts, Lille), Daniel Quesney (maison folie de mou­lin, Lille), Philippe Dapvril, Yto Barrada, Guillaume Herbaut et Olivier Mirguet (Tri Postal), Thomas Mailaender (Lens), Manuel Litran (église St Maurice, Lille), Hugues de Wurstemberger (Courtrai)

Written by