Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Stefano De Luigi : Pornoland

Stefano De Luigi : Pornoland

 

Le sujet, tel que le traite Stefano de Luigi, a quelques similitudes avec un travail qui a été remarqué récemment, “The Valley”, de l’Américain Larry Sultan. On trouve cette même intention de montrer sans montrer, de photographier les à-côtés, le hors-champ de tout ce qui constitue les scènes principales du film pornographique, mais aussi ce qui se passe avant et après. Les deux photographes jouent de ce décalage. Cela dit, la comparaison pourrait s’arrêter là, car le regard de Stefano de Luigi dans son voyage au pays des films pornographiques est différent, de même que le style photographique qu’il développe.
En quelques images, on sait de quoi il s’agit, de quoi il veut parler ; on comprend l’atmosphère dans laquelle se développe cette industrie particulière du cinéma, les cadences infernales, l’exploitation des acteurs, la violence physique et morale ; on perçoit même un certain désarroi. Ici, il n’y a guère de place pour le sentiment et à regarder l’ensemble des images de son livre, on a plutôt l’impression d’être en présence d’un esclavage moderne, même si certaines actrices se vantent de faire un métier en prenant du plaisir. L’excellente enquête du journaliste Martin Amis qui accompagne le travail du photographe va dans ce sens, dont ce court extrait : « Et puis ce fut le moment de jeter son mégot et de se remettre au boulot. Et j’ai bien dit boulot. Le porno est un art prolétaire. »
Stefano de Luigi a opéré avec aisance, dominant son sujet, restituant ses mouvements, harmonisant le rendu des couleurs. Le monde de la fabrication des images lui est familier, il a l’habitude des studios et des tournages, de l’audiovisuel, ayant déjà longuement travaillé sur le thème de la télévision.

Commissariat : Gabriel Bauret

 

En savoir plus

 

Exposition du 10 mai au 17 juin 2007

 


© Stefano De Luigi

 


© Stefano De Luigi

 


Stefano De Luigi

 


Le Tripostal
Avenue Willy Brandt – Lille

Written by