Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Le Quotidien : Photographie et mode aux Transphotographiques

Le Quotidien : Photographie et mode aux Transphotographiques

Le festival lillois, qui débute aujourd’hui, présente les œuvres de 137 artistes jusqu’au 29 juin. Parmi eux, Karl Lagerfeld et Jeanloup Sieff.

Les septièmes Transphotographi­ques de Lille mettent, à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 29 juin, un coup de projecteur sur les liens entre la photographie et la mode, sous le patronage du styliste alle­mand Karl Lagerfeld, qui expose 300 photos d’un modèle masculin. En partenariat avec le magazine Photo, le festival, le plus important en France après celui d’Arles, expose cette année 137 artistes, dont la moitié d’étrangers, au travers de 34 installations totalement gratuites, à Lille, Lambersart et Roubaix.

Au Tri postal de Lille, Karl Lager­feld, directeur artistique de la mai­son Chanel, présente «One Man Shown», une série de clichés en noir et blanc mettant en scène un top modèle, Brad Kroenig, nu ou ha­billé, saisi en intérieur ou extérieur. «C’est un travail très particulier dans lequel il nous fait partager son intimité. Ce n’est pas un tra­vail de commande, mais person­nel, qui a duré près de sept ans», explique Olivier Spillebout, commissaire général du festival. Le vernissage aura lieu le 12 juin en présence du couturier.

Toujours au Tripostal, un hommage sera rendu à Jeanloup Sieff, grand nom de la photographie de mode et de nu, avec «64×4» : 64 inédits tirés d’un ouvrage qui vient de paraître chez Steidl, Les Indiscrètes, photographies inédites de Jeanloup Sieff.

Le Colysée de Lambersart ouvre ses portes à la photographe tchèque Tereza Vlckova, symbole de la re­naissance de la création photogra­phique dans les pays de l’Est après l’effondrement du bloc soviétique. «À cause d’un manque de vêtements de qualité dans des magasins déjà à moitié vides, les quelques magazines de mode existant publiaient des images plus descrip­tives que penchées sur l’originalité créative des modèles photographiés, qui faisaient ainsi office de patrons pour les lectrices», précise le catalo­gue du festival. Les compositions en couleurs formant la série «Little Gar­den» de cette jeune photographe, née en 1983, associent la plupart du temps des photos d’enfants ou de femmes prises en studio à des paysa­ges de montagne ou de campagne. Le Colysée propose également une sélection d’œuvres de Peter Knapp, «Temps de pause 1960 – 1980», pho­tographe qui a notamment fait les beaux jours de la maison Courrèges dans les années 1970. La Condition publique de Roubaix s’ouvre aux photographes de La Redoute à l’oc­casion du 80e anniversaire de son catalogue. Enfin la Maison de la photographie de Lille propose un grand angle sur le baron Adolphe de Meyer, considéré comme le premier photographe de mode.

En 2007, les Transphotographi­ques, qui exploraient le thème de la photographie et du cinéma, ont at­tiré 100 000 visiteurs.

Written by