Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Connaissance des Arts : Lille Transphotographiques

Connaissance des Arts : Lille Transphotographiques

Pour sa 7e édition, les Transphotogra­phiques de Lille sont très haute coutu­re ! Plus de cent artistes sont exposés gra­tuitement pendant près de deux mois dans vingt lieux de la métropole lilloise. « Qui d’autre que Karl Lagerfeld pouvait incarner ces deux univers que sont la mode et la photographie ? », confie le directeur du festival Olivier Spillebout. Car si on connaît le styliste, on connaît moins le photographe qui a mené les campagnes Chanel et a ouvert sa galerie de photo­graphies à Paris. Sous son objectif, un éphèbe se décline en trois cents photos. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, diffici­le d’échapper à ses clichés qui occupent tout le rez-de-chaussée du Tri postal. Le thème de la mode est d’autant plus probant que le Nord a un passé fort avec le textile. Ainsi, de nouveaux lieux par­ticipent à ce festival comme la Condi­tion publique de Roubaix. Ancien espa­ce dédié au tissage du textile, il est investi pour l’occasion par la firme VPC La Redoute, dont le siège est basé dans la ville. Le travail d’Olivia Gay est consacré à l’usine de la société en pleine ébullition sur les prochaines collections. Comme en pendant, à la Maison de la photographie, Francesco Bertolini se concentre au contraire sur d’anciens locaux Max Mara vidés subi­tement de leurs ouvriers et où il ne res­te, comme présence, que celle des cintres épars laissés en l’état. Cette année, le champ des Transphotographiques1 s’élargit avec la présentation d’un défi­lé de mode et des lectures-débats sur le thème de la mode.

N. B.

Written by