Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Point de vue : On sort ce soir ?

Point de vue : On sort ce soir ?

Admirer le  » One-man-shown  » de Karl Lagerfeld

C’était un simple « all American boy ». Un bel inconnu croisé à Biarritz. Le maître en a fait depuis, non seulement le modèle masculin le plus photographié au monde, mais le sujet d’une incroyable exploration. Artistique et métaphysique. Paradoxalement intitulée «One-man-shown», cette exposition des 350 portraits pris durant près de sept ans par Karl Lagerfeld du même Brad Koenig témoigne de la solitude extrême du «modèle». N’existant que par k regard de l’autre, contraint à de continuels métamorphoses. Finale­ment sans identité propre. Brad déguisé en Rudolph Valentino, en Gatsby, en James Dean, en lieutenant Pinkerton. Pour finir, Brad nu. « Il meurt dis que k projecteur s’éteint», écrit Karl pour mieux citer Pessoa. « Depuis que l’homme voit mieux avec les yeux qu’avec l’urne….» Ce travail, le plus personnel du couturier, avait déchaîné les passions en Allemagne. 11 est aujourd’hui présenté pour la première fois en France au Tri Postal de Lille dans le cadre du festival des Transphotographiques (du Colysée de Lambersart à la Piscine de Roubaix, une vingtaine d’expos) dont le thème aborde justement les rapports de la mode et de la photographie avec d’autres grands comme David Seidner, Jeanloup Sieff, Peter Knapp, Eugenio Recuenco ou encore le baron Adolphe de Meyer, pionnier de la photographie de mode.

T.P.

Written by