Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Le Monde : Photographie Contemporaine et arts de l’image

Le Monde : Photographie Contemporaine et arts de l’image

Tereza Vlckova à Lyon

On retrouve à Lyon (Septembre de la photographie) une partie du travail de Tereza Vlckova, remarqué aux Transphotographiques de Lille en juin dernier. Elle y présente la série Two qui traite de l’identité au travers de la gémellité. Deux petites filles, sœurs jumelles, vêtues absolument à l’identique observent l’objectif avec un air grave. Si le fond, au demeurant naturel, évoque les contes du nord (l’artiste cite le monde de Tim Burton), le premier plan propose un portrait posé. froid et frontal, en éclairage travaillé faisant référence à la peinture classique et religieuse. La lumière irradie des visages des fillettes accentuant le mystère et le trouble déjà engendré par la vision de deux êtres physiquement identiques. Tereza Vlckovà précise que certaines sont de vraies jumelles, d’autres sont des fillettes photographiées seules et dédoublées par le biais du numérique… faisant ainsi un parallèle encore plus troublant entre la photo comme technique et art de reproduction et le clonage des êtres humains.

A Lille (où le thème était encore la photo de mode), deux autres séries étaient visibles – Little Garden et A perfect day, Elise. La première était constituée de photos de jeunes femmes prises en studio et insérées dans une image de forêt riche d’évocations. A Perfect day présentait des images travaillées un peu de la même façon, en prise de vue plus systématique : des jeunes filles vêtues comme des fillettes en lévitation sur fond de montagnes tchèques le prénom Elise étant une référence directe à Alice par homophonie.

L’exposition à Lyon se terminait le WE dernier. Elle faisait partie d’une présentation de la nouvelle photographie tchèque, répartie entre la MAPRA et la bibliothèque du 1 er. Tereza Vlckova s’étant vu décerner le prix BMW au côté d’Olivier Metzger, certaines de ses photographies sont encore visibles au Grand Dôme de l’Hôtel-Dieu.

Written by