Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Yann Laubscher : L’appel

Exposition du 4 juin au 31 juillet 2016

 

Né à Vevey en 1986, Yann Laubscher vit et travaille à Lausanne. Après un Master en sciences naturelles de l’environnement et des études à l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage de Birmensdorf, il intègre de 2011 à 2015 l’École supérieure d’arts appliqués de Vevey où son mémoire porte sur les liens entre exploration et photographie. Son approche documentaire traite principalement des relations complexes qu’entretiennent les humains avec la nature. Son travail principal, « L’Appel », est lié à l’exploration depuis 2010 de territoires sauvages de la Russie, comme la Sibérie, le Kamtchatka et l’Oural et a déjà fait l’objet de plusieurs expositions en Suisse. Sa série en cours, « M38 », porte sur les préoccupations liées au monde sauvage en Suisse et sur la notion de parcours, faisant du loup le symbole d’une créature fugitive et insaisissable. Depuis 2015, Yann Laubscher est membre de l’association Strates et du Collectif 15,  associations réunissant plusieurs photographes.

Initié il y a 5 ans, en Russie, ce travail puise ses origines dans les voyages entrepris dès les années 1960 par des familles russes à la recherche de nature, de solitude, d’espace et de silence. Les rivières, les taïgas, les toundras ou encore les péninsules volcaniques offrent certes une vie rude, mais pleine d’une libre dignité. En choisissant le silence de la thébaïde, on admet la part de poésie contenue dans le vœu de se reclure, devenant comme le personnage du roman de Vladimir Arséniev un Dersou Ouzala postmoderne qui choisit de prendre, selon la formule de Sylvain Tesson, la « clé des taïgas ». Les photographies de Yann Laubscher créent un récit qui, suivant le cours d’une rivière, dévoile la traversée d’un groupe de personnes sur un territoire à la fois banal et hostile, tel qu’il est décrit dans la nouvelle d’Anton Tchekhov La Steppe. Alliant dans cette série, portraits, paysages et objets à même de dévoiler cette expérience collective dont il est à la fois le protagoniste et l’observateur, Yann Laubscher cherche à retranscrire la tension intérieure et la friction poétique existant entre les hommes et la nature qui rappelle aussi l’atmosphère hors du temps du film Stalker d’Andreï Tarkovski.
Ces images sont la trace d’une expérience : à la fois l’aboutissement d’une pensée qui rejette la société de consommation et le fruit d’une investigation en vase clos dans ces régions oubliées. Le photographe documente les traces d’une vie précaire, expérimentée lors de ces expéditions mais tente aussi de dresser un état des lieux, sans concession, d’une nature sauvage en péril. En effet, il ne s’agit pas ici d’un reportage sur la Russie mais bien plutôt d’une réflexion sur un monde sauvage, des régions oubliées où l’isolement devient un mode de vie propice à une communion avec la nature.

 

En savoir plus

 

 

 

 

Retrouvez toutes les séries associées de cette exposition collective


Lieu : Tri Postal
Avenue Willy Brandt
59000 Lille

Written by