Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Anna Solé : Le songe de Poliphile

Sélection du directeur 

Le songe de Poliphile

D’habitude, mes projets sont la concrétisation d’une réflexion en amont, ou forfaitaires d’une commande.

Ici, j’ai fait l’exercice inverse. Exercice qui s’est révélé fort salutaire et dont le résultat m’a amenée à repenser à la justesse des mots de Robert Scholtus : « Pour que le neuf advienne, il ne suffit pas de le décréter, il ne suffit pas de prendre des initiatives et d’agir, il faut inlassablement l’attendre et le guetter, le surprendre et l’accueillir ». (Petit christianisme d’insolence, Bayart–Christus, 2004, p.66).

Ce travail est né au hasard d’une visite à une friche Roubaisienne, l’usine Vanoutryve. J’ai pu y retourner à deux reprises au cours desquelles je me suis laissée porter par un dialogue avec le lieu. Ce travail n’est qu’un des récits de cet échange. Je tiens tout particulièrement à remercier Natacha, Fanny et Lucas, mes endurants «modèles » ; Jan-Batiste pour son érudition et encouragements, et Pascale qui m’a permis d’investir les lieux, le temps des « conversations ».

Surgissant des ombres et lumières, trois silhouettes s’avancent, se cherchent, louvoient, tournoient, se questionnent. Un homme, deux femmes qui jamais ne se croisent. Frôlements métalliques, terres, bois, végétaux surgissent des semences oubliées, nourries par la moindre flaque de lumière. Parabole de la finitude du vivant mais aussi de la richesse des étincelles fortuites comme autant des lendemains.

Intrépides, les siècles se fondent dans les éclats intemporels d’une humanité bien présente, gage d’une espérance supplémentaire d’avenir*

*Près 20 ans après sa fermeture, l’usine Vanoutryve renaît de ses cendres en ouvrant à nouveau ses portes en 2018.

Exposition en septembre 2021



Lieu :
Espace culturel de la Galerie des Tanneurs
Rue du Sec Arembault – Lille

Written by