Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Transphotographiques / Lille / Hauts-de-France
 

Flavio Tarquinio : Rêves, gloire et passion

Sélection du directeur 

Flavio Tarquinio : Rêves, gloire et passion
Exposition à la Maison de la Photographie, 28 rue Pierre Legrand, Lille
Du mercredi au samedi de 14h à 18h – Entrée Libre

 

« Un jour à la Cigale (petit café populaire place du marché à Wazemmes), nous avons fait la connaissance de Flavio. Ce jour-là, il s’est intéressé à nous, à notre couple avec notre accord… Après les premières photographies, nous sommes devenus comme des amis. Avec une complicité respective sur des thèmes choisis, nous avons, Marie-Claude et moi, réalisé des décors. Le résultat nous a ravis et amusés. Rêves, gloire et passion et notre mariage en 1997, ce furent de nombreux mois de bonheur !! » Alain Govaert.

Le projet photographique a été réalisé dans le quartier de Wazemme à Lille, entre 1989 et 2006, date de la première restitution. L’histoire de Marie-Claude et Alain n’est pas qu’une histoire d’amour, c’est aussi un témoignage. Celui d’une population chassée des centres villes. « Marie, raconte Alain, montrait un vrai bonheur qu’un photographe s’intéresse à elle. » Une muse de la photographie documentaire se penche alors sur cette complicité instantanée qui fabriquera au cours des 18 prochaines années, de fêtes en moments d’intimité, la chronique photographique et épique de ces vies mêlées.

Marie Claude la baptisera elle même « Rêves Gloire et Passion » le jour de la première prise de vue en couleur de son improbable apparition en « Femme Fatale ».

Flavio conte en images (et en mots vibrants dans un livre éponyme) comment s’est bâtit la proximité, jusqu’à l’intime, avec ceux qui seront les auteurs et héros de ce feuilleton prolétaire et baroque qu’il capte au fil des jours dans son objectif. Après les séquences réalistes en noir et blanc éclate un soap opéra hollywoodien aux costumes en technicolor, aux maquillages tragi-comiques, dégoulinants de Mercurochrome et défiants toute authenticité, que seule la tendresse du regard du photographe métamorphosera en images claires obscures aux inventions poétiques sans esbroufe.

Telle cette Passion du Christ où l’ami Jean Marie, sdf de son état, incarne un Jésus nimbé par la grâce et Alain un centurion brutal, casqué de papier d’alu tandis que les auréoles des anges, Mesdames Alice et Jacqueline sont des assiettes en carton. Pour « La Sirène » Marie flottera sur une mer turquoise de sacs poubelle…

Exposition en septembre 2021



Lieu :
Espace culturel de la Galerie des Tanneurs
Rue du Sec Arembault – Lille

Written by